Bonne année 2021 !

Au revoir 2020, Bonjour 2021 !

On l’espère tous, on le souhaite tous …que disparaisse à jamais 2020 et ce fichu COVID 2019 !

2021 reste l’année de l’espérance, du tout à refaire, tout à redessiner, tout à écrire.

AQUAsoluces tentera d’y participer à sa manière, avec quelques surprises de programmées tout au long de cette nouvelle année. Des surprises dans l’Assainissement Non Collectif, certes, mais pas que !

Regardons derrière nous, pour avancer droit devant ! Il fera beau !

Alors, à vous tous, simplement, et des plus sincères : Bonne année 2021 !

Une première surprise, la publication d’un texte d’un jeune auteur, qui plus est ami, Thomas BURNET, bonne lecture :

2020.

Une claque.

Une bonne grosse claque.

Encore une fois, la vie nous a montré que rien n’est figé, rien n’est prévu, rien n’est écrit.

Je n’ai vraiment pas de quoi me plaindre… Oui, il y a eu des choses qui m’ont saoulé, bloqué, stressé, fatigué, frustré, qui ont été annulée, mais vraiment, vraiment, rien de grave. Oui, 2020 se serait déroulée d’une toute autre façon sans ce virus. Mais c’est ce qui fait la différence entre l’heure d’arrivée affichée sur le GPS et l’heure à laquelle on arrive réellement. La différence entre le temps fictif et le temps réel. Le temps fantasmé et le temps comptant.

Le temps réel, le vrai, le tangible, il est difficilement prévisible. On n’était plus habitué. Quoique… on avait appris que les choses pouvaient se passer différemment mais pas à une si grosse échelle, pas qu’on empêcherait autant. Imaginez… Enfermer les gens chez eux. Empêcher les restaurants d’ouvrir. Garder les cinémas, les salles de concert, les musées fermés. Impensable. Imaginez, une nouvelle maladie qui galope à travers le monde à la vitesse de la licorne sur son arc en ciel.

Mais on est humain. Et on s’adapte. De toute façon, si tu ne t’adaptes pas, tu… Mais non, de toute façon, tu n’as pas le choix. La vie, pleine de chocs, de ruptures et de détours, nous englobe… Comment veux-tu rester sur ta petite trajectoire à toi ? Tu as auprès de toi l’ensemble de l’humanité, qui est elle-même dans l’ensemble de la vie, qui fait face à l’univers. C’est pas rien l’Univers. C’est pas un truc que tu peux mettre de côté en le posant sur une étagère pour faire à tout prix ton voyage en Italie.

Alors on apprend à moins prévoir. Ça fait bizarre. On enchaine, un jour après l’autre, parfois on s’aventure sur des prévisions à la semaine quand les choses se calment, voire au mois, mais c’est vraiment « au cas où ça se passerait comme ça… ».

Et c’est dur. Mentalement. C’est dur. Je me sens à peu près épargné de la remise en question matérielle de ma vie mais même en fait. On n’en sort pas indemne. Dans notre tête. On ne se touche plus. On a cette espèce de gène qu’on aimerait balayer d’un revers de main. On a cette angoisse lancinante.

Que souhaiter pour 2021 ? J’en sais rien. Rien sur les projets, rien sur les envies, rien sur le travail. Il y en aura. Et ce qu’il n’y aura pas ne sera pas. Le temps fictif et le temps réel. Les intentions et les actions. La vie, ce n’est pas dire. La vie, c’est faire. On verra, après un tour de soleil en plus, là où on en sera arrivé. On peut se souhaiter d’avoir l’envie suffisamment forte pour prendre le temps de faire les choses.

« Et la santé surtout ! ». Bien sûr, parce que la santé, c’est ce qui fait qu’on reste dans le jeu…

Que souhaiter pour 2021 ? Un peu de tranquillité d’esprit. Un peu moins de cette angoisse et de cette peur qui ruisselle de ceux atteint de plein fouet par cette crise (qui a eu des précédents mais qu’on pensait ne plus avoir à affronter…).

Du respect, pour les autres et pour le vivant ? Ça irait de pair avec ce besoin de sérénité.

Et encore… je parle depuis mon côté de la lorgnette, dans mon petit pays occidental, bien loti matériellement…

Que souhaiter pour 2021 ? Aller encore un peu plus loin. Si possible en chantant. Si possible en grattant une guitare. Si possible ensemble. Ensemble mains dans la terre et boue sur les bottes.

Que souhaiter pour 2021 ? Pouvoir dire au prochain être qu’on croise « ça va aller ». Et qu’il puisse croire que c’est vrai, que ça va aller…

On ne doit pas attendre que ça nous tombe tout cuit dans le bec. Il faut avancer. « Soit le changement que tu attends » qu’ils disent. Essayer de reprendre la main.

Essayer de reprendre la main. D’en avoir l’illusion tout du moins.

Je vous souhaite une année apaisé(e)s.

Ca va aller.

Parce qu’on est là.

Parce qu’on est fous.

Et que « si on n’était pas fous, on deviendrait tous dingue !!! »

Belle année 2021 à toutes et tous. Vivez le plus fort que vous pouvez.

Thomas BURNET – – @2021



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *