Entretien SIMOP Bioxymop

Verdict, par AQUAsoluces

Micro station SIMOP Oxyfix

Entretien d’une micro station d’épuration des eaux usées domestiques, modèle SIMOP Bioxymop, par AQUAsoluces, à Saint-Jean-des-Champs ( 50320) :

Micro station SIMOP Oxyfix
Micro station SIMOP Bioxymop : Entretien par AQUAsoluces

Ce modèle de Micro station fonctionne sur le principe de la culture fixée. Le principe de fonctionnement reste simple :

  • Un décanteur primaire : les eaux usées brutes, eaux vannes comme eaux grises, y sont décantées. Les boues précipitent en fond de cuve, les corps gras surnagent en surface. Les eaux « éclaircies », pré-traitées, sont captées à mi-hauteur, par un système de type T plongeant, puis dirigées vers le réacteur biologique. Ce décanteur primaire est à vidanger, selon la réglementation, notamment l’arrêté prescriptions technique du 07/03/2012, lorsque la hauteur de boue accumulée atteint 30% de la hauteur efficace du décanteur.
Décanteur primaire SIMOP Bioxymop
Décanteur primaire SIMOP Bioxymop
  • Un réacteur biologique : basé sur le fonctionnement de la culture fixée. Un apport d’air dans l’eau est assuré par un petit compresseur, modèle SECOH JDK-S-80. Des bactéries aérobies se développent et se fixent sur des supports en plastiques présents dans ce compartiment, traitant ainsi efficacement les eaux usées pré-traitées.
Sous le compresseur, le réacteur biologique Simop Bioxymop
  • Un clarificateur : cette dernière étape du traitement consiste en la sédimentation des bactéries, en fin de traitement, et en fin de vie, avant rejet. La culture bactérienne morte, aussi appelée boue secondaire, est sédimentée, puis redirigée, à l’aide d’un pompage air-lift (grâce au compresseur), vers le décanteur primaire.
Le clarificateur de la Micro-station Simop Bioxymop, avec recirculation par Air-lift

ENTRETIEN :

L’entretien consiste, dans un premier temps, en un contrôle visuel avec l’observation de l’état général de l’installation. Ici, tout est OK.

Une mesure de boue précise est effectuée, dans le décanteur primaire, à l’aide d’un appareil optique et pressométrique. Ici, on indique 50% de boue accumulée : Il est grand temps de vidanger ! Rappelons que la réglementation impose, pour les micro stations, une vidange à 30 %

La recirculation des boues secondaires, par air-lift, semble bouchée. Elle est alors débouchée par mise sous pression à l’aide d’un compresseur haute pression, puis testée de nouveau : cela fonctionne ! Ce dysfonctionnement a toutefois généré une accumulation anormale de boues secondaires. Une vidange du clarificateur est à prévoir.

L’entretien du compresseur SECOH JDK-S-80 est effectué, avec le changement des membranes, chambres à clapet, filtre à air et joints, à l’aide du kit complet pour maintenance.

Un prélèvement instantané est effectué en sortie : rejet clair, translucide, sans MES apparente (matière en suspension ), inodore.

Un lavage général de l’installation est effectué au jet d’eau.

Un rapport d’intervention est ensuite rédigé et remis au client.

Une installation en bon état général et bon usage. Une vidange du décanteur primaire et du clarificateur reste à prévoir très rapidement, avec remise en eau immédiate afin de garantir la stabilité des installations.

Notre avis personnel : le choix de positionner le compresseur dans un compartiment dans la cuve est, selon nous, une erreur. En effet, ce matériel, même si IP 44, reste ainsi fortement exposé aux condensations et surtout aux éventuelles montées en charge en cas de dysfonctionnement (colmatage de l’exutoire par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *