Etude de sol et de définition de filière à Rampan ( 50000 )

Réalisation d’une étude de sol et de définition de filière d’Assainissement Non Collectif à Rampan 50000 le 26/04/2016.

Le projet est une Réhabilitation de type Habitation . La taille du projet correspond à 5 pièces principales, soit 5 Equivalents Habitants (EH).

2 sondages ont été réalisés.

Un test de perméabilité est effectué à l’aide d’un infiltromètre à niveau constant. Le coefficient de perméabilité K mesuré est ainsi fixé à 32 mm/h, correspondant à un sol Moyennement perméable.

Un traitement des eaux usées par le sol en place peut il être envisagé ? Oui

– La perméabilité n’a pas pu être mesurée suffisament en profondeur (0.70 m min.) comme le prévoit l’arrêté prescriptions techniques pour la mise en oeuvre de traitement des eaux usées par le sol en place, de type tranchées d’épandage à faible profondeur (article 6). Cependant, le test de perméabilité à été effectué à 0.60 mètre de profondeur et permet, avec K = 32 mm/h, la mise en place de tranchées à très faible profondeur, avec un fond de fouille à 0.50 mètre max. de profondeur ( au lieu de 0.60 m ).

– Le toit de la nappe n’a pas été atteint lors des sondages et les données collectées confirment l’absence de nappe à faible profondeur (jusqu’à 1.60 mètres de profondeur).

– La place disponible est suffisante.

– Le socle n’a pas été atteint lors des sondages.

Solution retenue :

Tranchées d’épandage à très faible profondeur : filière classique ( fosse toutes eaux + tranchées d’épandage )

Dispositifs assurant l’épuration et l’évacuation des eaux usées par le sol en place.

Les eaux usées ainsi traitées seront ensuite évacuées par infiltration dans le sol et contenue sur la parcelle.

Ce projet a été validé par le SPANC Communauté de Communes de Saint-Lô.

Etude de sol et de définition de filière à Vaux-sur-Aure ( 14400 )

Réalisation d’une étude de sol et de définition de filière d’Assainissement Non Collectif à Vaux-sur-Aure 14400 le 18/04/2016.

Le projet est une Construction de type Habitation . La taille du projet correspond à 6 pièces principales, soit 6 Equivalents Habitants (EH).

3 sondages ont été réalisés.

Un test de perméabilité est effectué à l’aide d’un infiltromètre à niveau constant. Le coefficient de perméabilité K mesuré est ainsi fixé à 30 mm/h, correspondant à un sol Moyennement perméable.

Un traitement des eaux usées par le sol en place peut il être envisagé ? Oui

– La perméabilité n’a pas pu être mesurée suffisament en profondeur (0.70 m min.) comme le prévoit l’arrêté prescriptions techniques pour la mise en oeuvre de traitement des eaux usées par le sol en place, de type tranchées d’épandage à faible profondeur (article 6). Cependant, le test de perméabilité à été effectué à 0.60 mètre de profondeur et permet, avec K = 30 mm/h, la mise en place de tranchées à très faible profondeur, avec un fond de fouille à 0.50 mètre max. de profondeur ( au lieu de 0.60 m ).

– Le toit de la nappe n’a pas été atteint lors des sondages et les données collectées confirment l’absence de nappe à faible profondeur (jusqu’à 1.60 mètres de profondeur).

– La place disponible est suffisante.

– Le socle n’a pas été atteint lors des sondages.

Un traitement des eaux usées par le sol en place peut il être envisagé ? Oui

– La perméabilité n’a pas pu être mesurée suffisament en profondeur (0.70 m min.) comme le prévoit l’arrêté prescriptions techniques pour la mise en oeuvre de traitement des eaux usées par le sol en place, de type tranchées d’épandage à faible profondeur (article 6). Cependant, le test de perméabilité à été effectué à 0.60 mètre de profondeur et permet, avec K = 30 mm/h, la mise en place de tranchées à très faible profondeur, avec un fond de fouille à 0.50 mètre max. de profondeur ( au lieu de 0.60 m ).

– Le toit de la nappe n’a pas été atteint lors des sondages et les données collectées confirment l’absence de nappe à faible profondeur (jusqu’à 1.60 mètres de profondeur).

– La place disponible est suffisante.

– Le socle n’a pas été atteint lors des sondages.

Solution retenue :

Tranchées d’épandage à très faible profondeur : filière classique ( fosse toutes eaux + tranchées d’épandage )

Dispositifs assurant l’épuration et l’évacuation des eaux usées par le sol en place.

Les eaux usées ainsi traitées seront ensuite évacuées par infiltration dans le sol et contenue sur la parcelle.

Ce projet a été validé par le SPANC BAYEUX INTERCOM.

Etude de sol et de définition de filière à Le Molay-Littry ( 14330 )

Réalisation d’une étude de sol et de définition de filière d’Assainissement Non Collectif à Le Molay-Littry 14330 le 18/04/2016.

Le projet est une Construction de type Habitation . La taille du projet correspond à 5 pièces principales, soit 5 Equivalents Habitants (EH).

2 sondages ont été réalisés.

Un test de perméabilité est effectué à l’aide d’un infiltromètre à niveau constant. Le coefficient de perméabilité K mesuré est ainsi fixé à 0 mm/h, correspondant à un sol Imperméable.

Des traces d’hydromorphie ont été observées lors du sondage, témoignant d’un sol épisodiquement saturé en eau.

Un traitement des eaux usées par le sol en place peut il être envisagé ? Non

– La perméabilité n’a pas pu être mesurée suffisament en profondeur (0.70 m min.) comme le prévoit l’arrêté prescriptions techniques pour la mise en oeuvre de traitement des eaux usées par le sol en place, de type tranchées d’épandage à faible profondeur (article 6).

– La perméabilité du sol est insuffisante, inadaptée ou non définie.

– Le sol n’est pas sain, avec des traces d’hydromorphie significatives d’aléas de remontées de nappe.

Solution retenue :

Graf EASYONE 5 EH : filière compacte ( Micro station )
N° d’agrément ministériel : 2015-008

Le dispositif de traitement est une micro-station à boues activées fonctionnant selon le principe SBR (Sequencing Batch Reactor). Il comprend dans une seule et même cuve cylindrique en polypropylène : – une zone de tranquillisation ; – une zone de traitement. Ces deux zones sont séparées par une cloison en polypropylène. Le passage des eaux usées entre les deux zones s’effectue sous la cloison, au fond du bassin. L’évacuation de l’eau traitée est réalisée par un levier d’extraction en polyéthylène, fonctionnant selon le principe d’une pompe à injection d’air (airlift). L’aération des deux zones est assurée par un compresseur d’air, fonctionnant en alternance selon un cycle programmé. Le compresseur est raccordé, au fond de la cuve, à une rampe de diffusion en acier inoxydable équipée d’un ou de deux diffuseurs « fines bulles » à membranes microperforées. Le fonctionnement de la micro-station d’épuration est géré par un automate avec microprocesseur qui commande le compresseur d’air et sa répartition entre les diffuseurs et le levier d’extraction des eaux traitées via des électrovannes ou des vannes motorisées dédiées. Le compresseur et l’automate avec microprocesseur sont situés dans une armoire électrique qui doit être installée selon les conditions de mise en ??uvre précisées dans le guide d’utilisation. Un système d’alarme visuelle permet de détecter tout dysfonctionnement des équipements via l’automate. Cette station peut être posée en présence d’une nappe phréatique à faible profondeur. Le niveau de la nappe ne doit toutefois pas dépasser le niveau d’entrée et sortie de la station, avec un remblaiement minimum de 0.80 mètre au dessus de la cuve.

Un poste de relevage / refoulement des eaux traitées sera nécessaire.

Les eaux usées ainsi traitées seront ensuite évacuées par infiltration dans le sol et contenue sur la parcelle.

Ce projet a été validé par le SPANC Intercom Balleroy Le Molay-Littry.

Etude de sol et de définition de filière à Vaux-sur-Aure ( 14400 )

Réalisation d’une étude de sol et de définition de filière d’Assainissement Non Collectif à Vaux-sur-Aure 14400 le 18/04/2016.

Le projet est une Construction de type Habitation . La taille du projet correspond à 6 pièces principales, soit 6 Equivalents Habitants (EH).

3 sondages ont été réalisés.

Un test de perméabilité est effectué à l’aide d’un infiltromètre à niveau constant. Le coefficient de perméabilité K mesuré est ainsi fixé à 30 mm/h, correspondant à un sol Moyennement perméable.

Un traitement des eaux usées par le sol en place peut il être envisagé ? Oui

– La perméabilité n’a pas pu être mesurée suffisament en profondeur (0.70 m min.) comme le prévoit l’arrêté prescriptions techniques pour la mise en oeuvre de traitement des eaux usées par le sol en place, de type tranchées d’épandage à faible profondeur (article 6). Cependant, le test de perméabilité à été effectué à 0.60 mètre de profondeur et permet, avec K = 30 mm/h, la mise en place de tranchées à très faible profondeur, avec un fond de fouille à 0.50 mètre max. de profondeur ( au lieu de 0.60 m ).

– Le toit de la nappe n’a pas été atteint lors des sondages et les données collectées confirment l’absence de nappe à faible profondeur (jusqu’à 1.60 mètres de profondeur).

– La place disponible est suffisante.

– Le socle n’a pas été atteint lors des sondages.

Solution retenue :

Tranchées d’épandage à très faible profondeur : filière classique ( fosse toutes eaux + tranchées d’épandage )

Dispositifs assurant l’épuration et l’évacuation des eaux usées par le sol en place.

Les eaux usées ainsi traitées seront ensuite évacuées par infiltration dans le sol et contenue sur la parcelle.

Ce projet a été validé par le SPANC BAYEUX INTERCOM.

Etude de sol et de définition de filière à Vaubadon ( 14490 )

Réalisation d’une étude de sol et de définition de filière d’Assainissement Non Collectif à Vaubadon 14490 le 04/04/2016.

Le projet est une Agrandissement de type Habitation . La taille du projet correspond à 7 pièces principales, soit 7 Equivalents Habitants (EH).

2 sondages ont été réalisés.

Un test de perméabilité est effectué à l’aide d’un infiltromètre à niveau constant. Le coefficient de perméabilité K mesuré est ainsi fixé à 23 mm/h, correspondant à un sol Perméabilité médiocre.

Un traitement des eaux usées par le sol en place peut il être envisagé ? Non

– La perméabilité du sol est insuffisante, inadaptée ou non définie.
– La présence du socle à faible profondeur ne permet pas de garantir un traitement efficace des effluents par le sol en place. On considère ainsi l’absence de sol sain. En effet, les eventuelles fractures dans le substratum rocheux présentent une conductivité hydraulique trop importante. Les eaux usées risqueraient alors d’emprunter ces chemins préférentiels, sans être traitées, pour se diriger vers l’aquifère situé plus en profondeur. Il existe donc un risque de contamination des eaux souterraines.

Solution retenue :

Graf EASYONE 7 EH : filière compacte ( Micro station )
N° d’agrément ministériel : 2015-008-ext01

Le dispositif de traitement est une micro-station à boues activées fonctionnant selon le principe SBR (Sequencing Batch Reactor). Il comprend dans une seule et même cuve cylindrique en polypropylène : – une zone de tranquillisation ; – une zone de traitement. Ces deux zones sont séparées par une cloison en polypropylène. Le passage des eaux usées entre les deux zones s’effectue sous la cloison, au fond du bassin. L’évacuation de l’eau traitée est réalisée par un levier d’extraction en polyéthylène, fonctionnant selon le principe d’une pompe à injection d’air (airlift). L’aération des deux zones est assurée par un compresseur d’air, fonctionnant en alternance selon un cycle programmé. Le compresseur est raccordé, au fond de la cuve, à une rampe de diffusion en acier inoxydable équipée d’un ou de deux diffuseurs « fines bulles » à membranes microperforées. Le fonctionnement de la micro-station d’épuration est géré par un automate avec microprocesseur qui commande le compresseur d’air et sa répartition entre les diffuseurs et le levier d’extraction des eaux traitées via des électrovannes ou des vannes motorisées dédiées. Le compresseur et l’automate avec microprocesseur sont situés dans une armoire électrique qui doit être installée selon les conditions de mise en ??uvre précisées dans le guide d’utilisation. Un système d’alarme visuelle permet de détecter tout dysfonctionnement des équipements via l’automate. Cette station peut être posée en présence d’une nappe phréatique à faible profondeur. Le niveau de la nappe ne doit toutefois pas dépasser le niveau d’entrée et sortie de la station, avec un remblaiement minimum de 0.80 mètre au dessus de la cuve.

Les eaux usées ainsi traitées seront ensuite évacuées par infiltration dans le sol et contenue sur la parcelle.

Ce projet a été validé par le SPANC Intercom Balleroy Le Molay-Littry.

Etude de sol et de définition de filière à Le Theil ( 50330 )

Réalisation d’une étude de sol et de définition de filière d’Assainissement Non Collectif à Le Theil 50330 le 01/04/2016.

Le projet est une Réhabilitation de type Habitation . La taille du projet correspond à 5 pièces principales, soit 5 Equivalents Habitants (EH).

3 sondages ont été réalisés.

Un traitement des eaux usées par le sol en place peut il être envisagé ? Non

– Le projet se situe en zone inondable.
– La présence du socle à faible profondeur ne permet pas de garantir un traitement efficace des effluents par le sol en place. On considère ainsi l’absence de sol sain. En effet, les eventuelles fractures dans le substratum rocheux présentent une conductivité hydraulique trop importante. Les eaux usées risqueraient alors d’emprunter ces chemins préférentiels, sans être traitées, pour se diriger vers l’aquifère situé plus en profondeur. Il existe donc un risque de contamination des eaux souterraines.

Solution retenue :

COCOLIT 5 EH : filière compacte ( Filtre compact )
N° d’agrément ministériel : 2015-003

Le dispositif de traitement est un filtre compact alimenté sous faible pression. Il est constitué de trois unités : ?? une fosse toutes eaux assurant le prétraitement des eaux usées; ?? un poste de relevage, dans lequel se déversent les eaux prétraitées alimentant le filtre; ?? un filtre de média filtrant constitué de fragments de coco, assurant le traitement des eaux prétraitées. La distribution des eaux prétraitées sur la surface du filtre est assurée par une rampe de répartition en boucle fermée alimentée par une pompe de relevage. La collecte des eaux traitées est réalisée en fond de filtre, sous le média filtrant, par une rampe d??évacuation vers la sortie. La fosse toutes eaux est ventilée par une entrée d??air constituée par la canalisation d??amenée des eaux usées qui est prolongée jusqu??à l??air libre au-dessus du toit de l??habitation. L??extraction des gaz de la fosse toutes eaux est assurée par une canalisation rapportée au-dessus du faîte du toit de l??habitation avec un extracteur. La ventilation du filtre est assurée par une canalisation raccordée à la rampe d??évacuation débouchant à la surface du filtre. Le poste de relevage est équipé d??une alarme visuelle pour détecter en permanence d??éventuelles défaillances de la pompe ou de surcharge hydraulique. La périodicité de la vidange de ce dispositif de traitement doit être adaptée en fonction de la hauteur de boues qui ne doit pas dépasser 50 % du volume utile de la fosse toutes eaux. Ce dispositif est composé d??une fosse toutes eaux enterrée et d??un filtre de média filtrant enterré ou assimilé enterré selon des conditions de mise en oeuvre précisées dans le guide d??utilisation. Ce dispositif peut être installé pour fonctionner par intermittence, parfaitement compatible avec un usage en résidence secondaire. Le dispositif peut être installé sur tout type de parcelle, avec ou sans nappe phréatique permanente ou temporaire, sous réserve de respecter les conditions de mise en oeuvre précisées dans le guide d??utilisation. Le dispositif est compatible avec un usage en locatif et accepte les périodes intermittence.

Un poste de relevage / refoulement des eaux pré-traitées (sortie de fosse toutes eaux) sera nécessaire.

Les eaux usées ainsi traitées seront ensuite évacuées par infiltration dans le sol et contenue sur la parcelle.

Ce projet a été validé par le SPANC Communauté de Communes de Saint-Pierre-Eglise.